Posts made in August, 2021

L’abattage d’arbre est un moment malheureux 

Certains arbres sont remarquables. Ce qualificatif est choisi parce que ces spécimens arboricoles fascinent, car ils sont alors imposants, gigantesques ou majestueux. La Fédération des producteurs forestiers du Québec en recense des milliers. Certains de ces arbres peuvent être âgés, et alors, ils sont en plus riches en histoire. Au Québec, le peuplier deltoïde ou le baumier, le thuya occidental, l’orme liège, l’érable noir, le pin blanc ou le bouleau à papier n’en sont que quelques exemples. La remarquabilité d’arbres est valorisée au point de faire l’objet d’un pointage selon des règles internationales reconnues.  

 

Forcément, advenant que des circonstances l’imposent, l’abattage arbre serait crève-cœur. D’autant que les arbres fournissent de nombreux services aux êtres vivants.  

Ainsi, un arbre constitue un habitat pour de nombreux animaux. Leurs cavités, les poches sous l’écorce, des branches importantes mortes, des fissures, même des coulées de sève ou la pourriture… représentent autant de microhabitats pour plusieurs membres de la faune. Notamment, des oiseaux et des insectes nichent dans leurs cavités. 

Les paysages représentent un patrimoine précieux trop peu protégé. La diversité des essences arborées en faisant partie dispense des services écosystémiques (dont la biodiversité) et écologiques (corridors écologiques d’animaux, stockage de carbone, élimination des polluants atmosphériques, filtration d’eau, protection anti-érosion des sols…). Même quand on transforme du bois en mobilier, ce dernier continue de stocker du carbone! Les paysages confèrent également un plaisir accru aux regards, étant de véritables tableaux dépeints à perte de vue. 

Voilà qui introduit les services procurés par les arbres aux humains. La présence des grands végétaux en ville participe à la lutte aux îlots de chaleur grâce à leurs propriétés rafraîchissantes. Même morts, ils fournissent du bois de chauffage, permettent de construire des biens à usage quotidien. Leur bois est même récupéré à petite échelle pour être recyclé et traité, inspirant ensuite des pièces uniques artistiques, voire également pratiques, de toute beauté. Ils contribuent en outre à aménager des cadres de vie où il fait bon se rassembler ou se détendre. Fréquenter les sentiers de boisés, contempler des paysages ou passer du temps chez soi dans un aménagement paysager préviennent des maux ou ont des impacts positifs sur la santé, entre autres bienfaits. De plus en plus d’études s’intéressent à caractériser les effets psychologiques, sociaux et physiques positifs des arbres ou de la nature en général. 

Nous avons probablement du chemin à parcourir encore avant d’être pleinement conscients de la vastitude des générosités que les arbres nous apportent. Et surtout, pour savoir composer respectueusement avec eux dans nos pratiques humaines, dont l’aménagement d’espaces de vie (villes et propriétés); c’est-à-dire en tenant compte de leur bien-être. Même la grimpe aux arbres encadrée suscite l’attention en termes de protection des végétaux durant cette activité. Nous gagnerons à apprendre à mieux connaître les spécimens arboricoles. Ainsi, ils pratiqueraient entre eux une communication coopérative ou d’entraide par l’intermédiaire de leurs racines. Bien que cette fonction n’ait peut-être pas le caractère mythique ou romanesque que nous voudrions qu’elle revête! Reste que les arbres sont essentiels dans nos vies et nous en prenons de plus en plus conscience. 

Read More

L’émondage et l’entretien des arbres 

La nature a un impact positif reconnu de longue date sur la santé mentale et le bien-être des personnes. Elle aide notamment à récupérer d’un stress psychologique et contribue même à nous rendre plus résistants face aux épreuves.  De plus, elle incite à sortir et même à demeurer à l’extérieur plus longtemps, ce qui permet un apport accru en vitamine D. La présence des arbres purifie également l’air que nous respirons. Il n’est alors pas étonnant que nous cherchions à reproduire à plus petite échelle la nature dans nos cours.
 

Les arbres sont des êtres vivants et non des objets 

Si le bien-être animal bénéficie de nos jours de plus de place, considérer l’arbre pour l’être vivant qu’il est, plutôt que comme un objet, n’est pas aussi aisé. Abattre un arbre ne provoque pas toujours l’émoi qu’il devrait déclencher. Pourtant, les arbres sont dotés d’intelligence, comme le soutiennent des biologistes. Ils peuvent résoudre des problèmes liés à leur alimentation et ils communiquent chimiquement entre eux par les racines pour s’entraider. 

La réglementation urbaine pour limiter les actions faites aux arbres est souvent encore perçue comme une contrainte plutôt que le gros bons sens. 

 

Les bienfaits des arbres de plus en plus reconnus 

Reste que, de nos jours, nous sommes beaucoup plus attentifs à prendre soin des arbres. L’éveil des consciences à propos des changements climatiques y est probablement pour beaucoup. Des études ont également confirmé les impacts des arbres sur la santé humaine. En outre, nous sommes de plus en plus au fait des nombreux services que fournissent les arbres.  

Ces derniers méritent notre respect et ils ne doivent pas subir des traitements qui leur manquent de respect. Aussi, de nos jours, certaines pratiques sont soit purement interdites, réservées à des urgences ou à des nécessités, ou tout simplement découragées et en déclin. 

  

L’émondage mérite d’être appliqué avec parcimonie 

L’émondage compte au rang de pratiques qui devraient mériter une révision. Cette technique ressemble à un élagage du point de vue des gestes effectués. Mais l’expression devrait être réservée à des élagages qualifiables de trop sévères. Par exemple, couper de grosses branches, retrancher une proportion trop élevée du houppier ou étêter. 

Par le passé, en agriculture ou en foresterie, l’étêtage était déjà pratiqué, et ce, pour stimuler la production et donc être en mesure de fournir plus de bois d’œuvre, de chauffage ou de fourrage. Retrancher sans considérations ou démesurément produit des blessures plus sévères qu’un élagage ou une taille en douceur, et alors de l’humidité peut s’infiltrer et des maladies peuvent s’inviter. 

À la suite d’un émondage, certaines essences voient leur tronc se fragiliser de manière importante à sa base.  En plus, le résultat n’a pas l’air naturel et l’apparence du grand végétal est disgracieuse.  

  

Au vu du bien-être végétal, le savoir des arboriculteurs prend toute son importance 

L’émondage uniquement à des fins lucratives ou pour satisfaire un désir, au détriment de la santé de l’arbre ou de son esthétique, ne devrait plus avoir cours. De nos jours, ces pratiques tendent à disparaître. Peut-être est-ce un effet naturel de certaines réglementations qui limitent la proportion des sections taillées entre autres mesures? Qui sait. Reste que c’est la disposition à adopter. L’émondage devrait se limiter à des situations d’urgence ou pour éviter un abattage qui serait incontournable autrement. 

Heureusement, les arboriculteurs qui œuvrent sur des propriétés résidentielles, commerciales ou institutionnelles respectent de plus en plus le bien-être végétal. Recourir à leur savoir-faire professionnel devient d’autant plus important lorsque nous nous soucions de ne pas causer de torts graves ou irréversibles aux spécimens arboricoles, et cela, par ignorance ou maladresse. 

Read More

Service d’entretien d’arbres elagage 

Les arbres sont essentiels dans nos vies humaines, en raison notamment des nombreux bienfaits qu’ils nous procurent. Or, ils ont besoin de soins destinés à préserver leur santé mais également à ce qu’ils puissent nous offrir les qualités esthétiques recherchées. Cependant, il existe diverses techniques, notamment tailler ou élaguer. 

Tailler est une coupe de branches qui a pour but de prodiguer une forme prédéterminée, et ce, sans nuire au développement arboricole. Élaguer consiste à retrancher des branches mortes ou rendues inutiles ou nuisibles à la croissance d’un spécimen. 

  

La taille s’avère un véritable art 

Savez-vous que la taille des arbres est un savoir-faire transmis de génération en génération, et parfois depuis de nombreux siècles? Dans les années 1830 et 1914, un essor important s’est produit sur ce plan. Avec l’arrivée des outils spécialisés, ces techniques ont cependant beaucoup évolué depuis. La connaissance des plantes elle-même a participé à modifier les façons de faire. De nos jours, les connaissances et savoir-faire concernés font l’objet de formations. Il faut notamment savoir adapter la taille à l’essence de l’arbre ainsi qu’à son stade de développement. Sinon, des résultats désastreux peuvent s’ensuivre. 

Il existe une taille de formation qui s’adresse aux jeunes arbres et qui se déroule sur plusieurs années. Elle vise à ce qu’ils puissent former correctement leur tronc et à contrôler la formation des grands axes structurels de leur stade adulte. Il y a alors sélection des branches à conserver, laquelle peut se faire quand l’arbre a dix ou vingt ans, par exemple, selon l’essence. Il s’agit d’un véritable art du contrôle méthodique de la morphologie. La technique recherche également un équilibre structurel et une forme architecturée de la couronne de l’arbre (l’ensemble de ses branches). Au besoin, la forme du spécimen est modifiée afin de correspondre aux attentes. 

  

L’élagage: un jeu d’équilibriste entre les besoins humains et la santé arboricole 

L’élagage peut être utilisé dans le cadre d’une taille de formation. Cependant, la technique se pratique aussi de manière autonome. 

Il se passe dans la nature un phénomène important pour les arbres: les branches mortes finissent par se détacher d’elles-mêmes. Les arbres en deviennent plus vigoureux. En ville, les spécimens arboricoles n’évoluent pas en disposition serrée comme en forêt. Au contraire, ils bénéficient de beaucoup d’espace. Or, l’élagage à l’aide d’outils spécialisés, dit élagage artificiel, supplée en quelque sorte à ce phénomène naturel et essentiel. Il s’agit en effet de supprimer les branches mortes ou vivantes devenues inutiles: un véritable travail d’éclaircissement. Ainsi, les spécimens gagnent en solidité. Cependant, les gestes doivent être mesurés pour s’assurer qu’un arbre supporte bien l’intervention. Comme quoi l’optimal consiste à réserver cette technique à des arboriculteurs expérimentés. 

  

Faire faire la taille et l’élagage de ses arbres 

Vos arbres ont un réel besoin d’être couverts d’attentions. Ce sont des êtres vivants après tout. Aussi, procurez-les-leur en recourant à des arboriculteurs d’expérience. Il s’agit d’une valeur sûre qui vous évitera des conséquences regrettables, et parfois irrémédiables et coûteuses, attribuables à un manque de savoir et d’expérience. 

Read More

Recent Comments